Cog 2018 – 2022 : Continuer à développer nos services aux allocataires

Plusieurs politiques prioritaires sont identifiés dans notre nouvelle feuille de route. Il s’agit de sujets majeurs sur lesquels la Caf de l’Essonne travaille déjà depuis plusieurs années.

« Le développement des modes d’accueil formels du jeune enfant, c’est-à-dire hors de la famille, demeure la priorité de la branche Famille, souligne Béatrice Dassonville, directrice de l’action sociale à la Caf de l’Essonne. L’attention sera tout particulièrement portée sur l’accueil dans les quartiers prioritaires notamment ceux en Politique de la ville. L’accès aux enfants issus des familles modestes et à ceux porteurs de handicap sera aussi fortement encouragé dans les prochaines années. En effet, la prise en charge du handicap s’imposera au cœur de nos engagements. Enfin, l’accueil individuel sera également encouragé avec la création de relais assistants maternels supplémentaires ».

 

Ainsi, la Caf développera :

  • l’accompagnement des parcours éducatifs des enfants: le retour pour la plupart des communes à la semaine des quatre jours entraîne de nouveaux besoins d’accueil périscolaire sur le temps libéré du mercredi ;
  • l’accès à l’autonomie des jeunes: ce soutien à la jeunesse passe par la création d’une nouvelle prestation de service nationale permettant de financer des actions pour les 12 /25 ans qui ne trouvent plus leur place dans les accueils de loisirs. Des espaces jeunes et des places en plus dans les Foyers de jeunes travailleurs (Fjt) sont prévus ;
  • la valorisation du rôle des parents: le soutien à la parentalité étant central dans la stratégie de la Caf, il se traduira par la création de nouveaux Lieux d’accueil enfants parents (Laep) et des postes de médiateurs familiaux ;
  • l’animation de la vie sociale: l’aide au fonctionnement des centres sociaux sera accrue notamment dans les quartiers prioritaires.

« En Essonne, la lutte contre l’isolement social sera accentuée, conclut Béatrice Dassonville. Toutes nos offres de service tendront à agir en faveur de l’inclusion sociale. La coopération avec les partenaires qui œuvrent dans les mêmes champs d’action doit encore s’intensifier. Ce partenariat fort, nous le mettons déjà en pratique avec le Sdaf (Schéma départemental d’accompagnement des familles). Nous nous coordonnons tous ensemble pour agir et proposer des réponses concertées aux problématiques d’aujourd’hui ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *