Deux bonus supplémentaires pour financer les Eaje

Nous poursuivons nos actions volontaristes en faveur de l’accès aux modes d’accueil de tous les jeunes enfants

Cet engagement ambitieux positionne notamment l’accueil des moins de 3 ans en situation de handicap ou issus d’une famille aux revenus modestes dans les Eaje comme l’une de nos priorités.
Deux nouveaux bonus pourront bénéficier aux gestionnaires :
« Mixité sociale », faisant écho à la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté et « Inclusion handicap ».

Ces deux nouvelles aides au fonctionnement instaurées au 1er janvier 2019 sont de complémentaires la prestation de service versée aux gestionnaires publics et privés des Eaje. Elles s’inscrivent dans la continuité historique de la Prestation de service unique (Psu) mise en place dans les années 2005/2006, puis d’une adaptation financière personnalisée des partenaires aux besoins des familles en 2014.

Elles représentent à l’horizon 2022 pour la branche Famille, un budget de 108,8 millions d’euros, dont 33 millions pour le bonus « Inclusion handicap » et 75,8 millions pour le bonus « Mixité sociale ». Elles permettront à terme d’améliorer le financement de près de 200 000 places de crèches au sein d’établissements accueillant des enfants en situation de handicap ou de pauvreté.

Favoriser l’égalité des chances

« L’accueil de ces enfants, porteurs de handicap ou dont la famille se trouve en situation de précarité, nécessite bien souvent d’importantes adaptations de la part des gestionnaires d’Eaje. Cela comprend notamment un temps de concertation plus important, une formation ou un renforcement de personnels, des équipements adaptés… que le seul financement à l’heure apporté par la prestation de service ne permet pas de couvrir. L’objectif est de contribuer à lever les freins de la politique d’accueil du jeune enfant pour favoriser l’égalité des chances dès le plus jeune âge. Ces bonus constituent un véritable investissement social et le fer de lance de l’insertion sociale dès le plus jeune âge » explique Florent Hosatte, responsable de la Gestion administrative et technique à la Caf de l’Essonne.

Ces deux bonus sont calculés par place et par an et ils sont cumulables. De plus, ils s’appliquent à l’ensemble des places de la structure.

Tous les Eaje qui perçoivent la prestation de service y sont éligibles, quel que soit leur statut. « Il est à noter que les structures n’ont aucune démarche supplémentaire à effectuer pour en bénéficier, complète Florent Hosatte. Le calcul et le versement sont automatiques sur la base des données déclarées par le gestionnaire, sous réserve d’un conventionnement. Le paiement interviendra en année N+1 (soit en 2020 pour les aides dues au titre de l’année 2019) ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *